Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

telechargement.jpg

 

Barça ou Real? Messi ou Ronaldo? A l'heure d'affronter leurs adversaires historiques, les Blaugranas comptent 8 points d'avance sur les Merengues. Néanmoins, les hommes de Mourinho savent rebondir et constituent le danger n°1 pour cette équipe barcelonaise. Parviendront-ils à surprendre le Camp Nou? Réponse ce dimanche, à 19 heures 50 en direct sur BeIN SPORT 1!

 

On a déjà dit que c’est le match de l’année. On a déjà dit que c’est le match du siècle. Et malgré la multiplication des confrontations directes (il s’agit du 6ème match entre eux en 2012), chaque match paraît être plus intense que le précédent et plus indécis ! Pourtant, l’Espagne entière, que dis-je ( ?), le monde entier attend ce choc des chocs, ce superclassico entre les deux géants du football mondial. A domicile, le FC Barcelone. A l’aide d’un puits sans fond regorgeant de talents à la technique incroyable et d’un pourcentage de passes réussies ahurissant, le club regorge d’individualités de l’ombre qui travaillent comme une ruche de fourmis pour leur leader d’attaque argentin, un peu, et pour le collectif, surtout. Quatre flèches à droite et à gauche (Daniel Alves le taureau brésilien, Alexis Sanchez la pépite chilienne, Jordi Alba déjà inamovible en sélection et Pedro, celui qui a mis dehors Thierry Henry) exploitent au maximum la largeur du terrain, et les plus offensifs d’entre eux permutent sans cesse entre eux. Au milieu, le club dispose de deux milieux à la fois défensifs et élégants techniquement à l’entrejeu, d’un cerveau qui fait envier le monde, du meilleur joueur 2012 selon l’UEFA, de l’ancien capitaine et maître à jouer d’Arsenal et une meute d’espoirs les uns plus prometteurs que les autres. C’est vrai qu’entre Busquets, Song, Xavi, Iniesta, Fabregas, Thiago Alcantara ou encore Sergi Roberto, Tito Vilanova a l’embarras du choix. Quant à l’avant-centre, c’est pour beaucoup de spécialistes le meilleur joueur de tous les temps en club. Tenez-vous bien : il est le meilleur buteur de l’histoire de Barcelone toutes compétitions confondus, meilleur buteur de la ligue des champions en une édition (14 buts en 2011-2012), meilleur buteur de l’histoire de la Liga en une édition (50 buts en 2011-2012), quadruple meilleur buteur de la ligue des champions en titre, meilleur buteur de l’histoire de la supercoupe d’Espagne (10 buts en 9 matchs), co-meilleur buteur de l’histoire de la coupe du monde des clubs (4 buts en 4 matchs), seul joueur à avoir inscrit un quintuplé en ligue des champions et bien entendu triple ballon d’or en titre (record de Michel Platini égalé) ! Parmi ses surnoms, notons celui de « la pulga », traduisez la puce en français, pour sa petite taille. En effet, ce magicien du ballon rond exploite son centre de gravité bas pour augmenter sa pointe de vitesse et se montrer encore plus imprévisible. Léo Messi est-il le meilleur joueur de l’histoire ?

En face, retrouvons la deuxième génération galactique du Real Madrid, pulvérisant tous les records de la Liga l’an passé (plus grand nombre de points et de buts). S’appuyant sur San Iker Casillas, le gardien du temple, la défense rugueuse aide à préserver la cage inviolée le plus longtemps possible, abusant parfois de leur abattage physique. Ainsi, Pepe, Sergio Ramos et Marcelo sont à ranger dans la catégorie des bad boys du football à l’image du néo-marseillais Joey Barton et des néerlandais De Jong et Van Bommel. A la récupération se présentent deux milieux relayeurs reculés d’un cran, dotés forcément d’une qualité de relance remarquable. Le basque Xabi Alonso alterne à la perfection passes courtes et transversales. A ses côtés, le tuniso-allemand Sami Khedira qui peut se muer en buteur pour l’occasion (coupe du monde 2010, euro 2012…). Comme meneur de jeu, trois très grands joueurs se disputent le poste. Le détenteur du poste, Mesut Ozil, à la patte gauche magique, Kaka tout simplement ballon d’or 2007 et le nouveau venu, le Cruyff des Balkans, j’ai nommé Luka Modric, un playmaker capable de rendre plus forts ses coéquipiers. En pointe, la concurrence fait rage entre deux fils d’immigrés : le franco-algérien Karim Benzema, buteur à Amsterdam pour le carton du club 4-1, qui a opté pour la sélection tricolore, et Gonzalo Higuain le franco-argentin (né en Brest, rappelez-vous quand Domenech s’était déplacé à Buenos Aires en 2007 pour le convaincre, en vain, d’accepter sa convocation en équipe de France). Enfin, pour compléter cette véritable armada offensive, les flancs de l’attaques sont dynamisés par le gaucher Angel Di Maria, champion olympique 2008) et bien entendu le phénoménal Cristiano Ronaldo, culminant à 84 buts en 2 saisons de Liga, une marque de vêtements baptisée CR7, un ballon d’or en 2008, des bolides pleins la vue, une frappe de balle fulgurante sur coups-francs, 13 millions d’euros de salaire annuelle, un jeu de tête précis et une image bling-bling qu’il sait parfaitement accentuer à chaque fois. Quand l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football croise une star dans le vrai sens du terme, c’est électrique ! Et ce match promet d’être exceptionnel dans le bouillonnant Camp Nou, stade où les supporters frissonnent à chaque début de match avec l’hymne catalan, à l’image du fameux « You’ll never walk alone » d’Anfield. Vous ne pourrez pas  rater ce grand rendez-vous planétaire !

 

images.jpg

 

AC Milano-Internazionale di Milano: le choc du dimanche soir de la Série A est à suivre en direct et en exclusivité sur BeIN SPORT 2 ce dimanche à 20 heures 45! L'occasion bien entendu, de définir le plus sérieux outsider du championnat derrière le favori pour le moment incontesté: la Juventus de Turin.

 

 

Ils sont liés pour la vie ! Ils partagent le même stade mythique, ils ont tout deux un palmarès bien garni, leurs tifosis se haïssent de manière réciproque et aujourd’hui, malheureusement, les deux clubs vivent un début de saison extrêmement laborieux, surtout pour l’AC Milan. En effet, le club étant en proie à des difficultés financières sans pouvoir compter sur un actionnaire au pouvoir, a voulu à tout prix dégraisser son effectif l’été dernier. D’abord, les « vieux » joueurs qui ont fait la gloire du club dans un passé récent, à savoir Gattuso, Seedorf, Inzaghi ou encore Van Bommel. Ensuite, le club a tout simplement vendu Thiago Silva, Cassano et bien entendu Zlatan Ibracadabra, meilleur buteur de série A l’an passé avec 28 buts et longtemps sauveur du club. En contrepartie, la balance reste largement défavorable aussi bien quantitativement que qualitativement : Giampaolo Pazzini et  Nigel De Jong pour les plus connus d’entre eux, ce qui reste assez maigre. En plus, les Robinho, Boateng et autres Emmanuelson ont déjà atteint la plénitude de leur talent et l’entraîneur ne peut pas miser sur l’éclosion des jeunes du centre de formation comme peut se le permettre l’entraîneur de Barcelone par exemple. Ainsi, le banc du Milan aura beau sembler large (en série A, les feuilles de match comportent désormais 23 noms), il manquera cruellement de profondeur, et c’est assez flagrant d’ailleurs. De son côté, l’Inter ne peut pas se vanter d’avoir une meilleure équipe. Certes, ils ont gardé Wesley Sneijder mais sans Maicon, Lucio, Julio Cesar  et Forlan, on peut affirmer que le club mène bien une politique d’austérité. Ainsi, parmi les joueurs sur la pelouse dimanche, on aura peut être droit à Handanovic, Nagatomo, Palacios et d’autres joueurs dont le CV n’a rien de clinquant. Et la défaite 3-1 face à la Roma en début de saison (cette même Roma qui fut balayé 4-1 par une Juventus en marchant il y a une semaine) ne fait qu’accentuer ce constat.  Au moins, cette semaine en coupe d’Europe, les deux « ogres » lombards ont ramené trois précieux points d’Europe de l’est. En C1, les milanais ont réussi à s’imposer dans la douleur sur le score de 2-3 face à une redoutable équipe du Zénith St Petersbourg (avec au passage le premier but du brésilien Hulk pour les russes, lui qui a coûté quelques 60 millions d’euros à son club). De son côté, l’Inter n’a pas eu à s’employer pour inscrire 3 buts contre une équipe championne d’Azerbaïdjan. Enfin bref, tout les réunit. Et en plus, il reste un point positif et pas des moindres, en plus de l’aspect historique, c’est que cette rencontre est … équilibrée !

 

Et aussi... :

12:00 Levante-Valence: BeIN SPORT 1

12:30 AS Roma-Atlanta Bergame: BeIN SPORT 2

22:40 Atlético Madrid-Malaga -en différé): BeIN SPORT 2

00:25 Athletic Bilbao-Ossassuna (en différé): BeIN SPORT 2

Tag(s) : #Foot

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :