Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[Tennis] Masters Finale à Londres : Del Potro / Davydenko en direct à 15h30 sur Canal+ Sport !


Juan-Martin Del Potro (Arg, 5) - Nikolay Davydenko (Rus, 7), 15h30


nullIl fallait être un sacré pronostiqueur pour parier un seul rouble sur cette affiche. Ce sont les deux seconds de poule qui ont atteint la dernière marche de ce Masters durant lequel il aura fallu partir à point. Quelque chose comme un destin réunit aujourd’hui Juan-Martin Del Potro et Nikolay Davydenko sur le court artificiel de l’O2 Arena, pour l’ultime clash du tournoi, les deux finalistes ayant chacun chuté d’entrée cette semaine (contre Murray et Djokovic). La rencontre oppose donc deux joueurs qui ont tiré parti au maximum du système de Round Robin, utilisant leur joker-défaite à bon escient. Une certaine idée de la logique, aussi, convie le Russe et l’Argentin comme une évidence au dernier banquet.

Ils resteront les seuls à avoir battu le meilleur joueur mondial, Roger Federer, sur ce Masters. Le Suisse a d’ailleurs adoubé à sa manière les deux prétendants à la couronne : «La seule limite de Juan-Martin, actuellement, c’est le ciel. Avant il jouait comme quelqu’un de petit, maintenant, il utilise sa taille comme un atout. Son potentiel est infini», a déclaré le sextuple vainqueur de Wimbledon au sujet de Del Potro. Avant de rendre hommage au talent de Davydenko : «Il a le respect de tous les joueurs sur le circuit. En 2007, il a été accusé à tort (Ndlr : Davydenko fut soupçonné d’avoir truqué un match au tournoi de Sopot avant d’être blanchi), et il a mal vécu cette période. C’est un très grand joueur, je lui souhaite bonne chance».



Opposition de styles

Quand il s’agit de compter les survivants, Davydenko ne manque jamais à l’appel. Plus agressif, moins rétif pour monter au filet, également : «Je ne suis plus le même joueur. J’attends moins qu’avant pour saisir ma chance. Roger Federer était le seul joueur du Top 10 que je n’avais jamais battu. Maintenant, c’est fait, je sais que je peux battre n’importe qui», s’est persuadé Davydenko. Del Potro, qui n’a gagné qu’un seul de leurs trois premiers rendez-vous (en 2008 à Buenos Aires), tient un discours similaire : «J’ai joué mes quatre matches en trois sets, j’en ai gagné trois. Ca sera dur mais si je joue comme aujourd’hui, j’ai mes chances. Nikolay joue bien, il va vite, mais moi je veux conclure cette année par une victoire». Si les deux finalistes ne surfent pas sur la fraîcheur après cette éprouvante semaine, leur confiance du moment semble en revanche indéfectible. Les seconds couteaux ont définitivement brûlé les idoles. Place à la finale !


Certes, il ne s’agit pas exactement de la finale rêvée. Aucun représentant du carré d’As (Federer, Nadal, Djokovic, Murray) pour remporter une épreuve quadragénaire en 2010, cela fait désordre. Mais l’opposition de styles est garantie. D’un côté, un énorme serveur latino, Del Potro, qui a passé plus de 70% de premières balles, samedi soir contre Soderling. Avec un taux de réussite sur ces points culminant à 77%. Nombre de points au filet : 0. Bandeau au vent, le jeune gaucho, qui regarde l’arbitre de chaise dans les yeux quand il s’adresse à lui (1,98m), ne quitte jamais le fond du court. Il sera opposé au «petit» Davydenko (1,78m). Ce joueur typique de l’Est, peu bavard en interview, manie cependant l’humour avec brio. Quand un journaliste lui demande s’il a dormi seul la veille de sa demi-finale, il répond : «Je suis marié, je ne dors plus avec deux, trois, quatre filles. Oui, je suis Russe… Mais je ne suis pas Marat Safin !». Davydenko n’a peut-être pas besoin d’un bandeau pour sa calvitie prononcée. Il détonne avec les looks stéréotypés du circuit, lui qui ne possède aucun contrat personnel avec un équipementier. L’Ukrainien d’origine n’a même jamais goûté au parfum d’une finale de Grand Chelem. Mais il vient d’atteindre sa seconde finale consécutive en Masters, et dispute cette compétition pour la cinquième saison de rang.
Tag(s) : #Tennis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :