Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


FEDMUR.jpg 


canal+ sport [Tennis] Open d'Australie 2010 - FINALE Hommes - Roger Federer (Sui) / Andy Murray (G-B) à suivre en direct sur Canal+ Sport !  


D’un côté, Andy Murray, l’effronté prince d’Ecosse qui rêve d’être adoubé en remportant, à 22 ans, ce premier titre majeur qui lui tend les bras. De l’autre, le monarque indéboulonnable, l’hom me des rendez-vous prestigieux, l’invité qui assiste le plus régulièrement au dernier festin d’une quinzaine en Grand Chelem. 
L’Open d’Australie s’en gargarise. Après la finale de rêve féminine de ce matin (9 h 30, Justine Henin-Serena Williams), il se conclura sur un feu d’artifice (dimanche, 9 h 30) avec les deux meilleurs tennismen actuels. Ceux qui étaient attendus par de nombreux spécialistes. Lors du tirage au sort, John McEnroe n’avait-il pas prophétisé une finale helvético-britannique? Avec comme vainqueur Andy Murray?
La cote de l’enfant terrible de la couronne reste au beau fixe. C’est celle du Bâlois qui est montée en flèche, notamment depuis sa démonstration face à Jo-Wilfried Tsonga, laminé en trois sets (6-2 6-3 6-2) et 88 minutes en demi-finale. Désormais, chacun mise sur un dernier round extraordinaire. Avec un léger avantage pour le No 1 mondial. Parce que, justement, c’est Federer et «qu’il n’a pas souvent pour habitude de rater une finale lorsque l’occasion se présente», rappelait-il hier encore.

L’avis de Forget, de Jim Courier… et de «Rodgeur»
Mais les atouts d’Andy Murray sont nombreux. Bien plus en tout cas que ceux de Juan Martin Del Potro, avant sa victoire lors dernier US Open, face à Federer. L’homme aux 15 titres en Grand Chelem (en 21 finales) reste le favori aux yeux de la majorité des experts. «Vous ne trouverez personne pour parier contre Federer dans une finale, sauf sur terre battue face à Nadal», nous affirme Jim Courier, double vainqueur à Melbourne et grand animateur des soirées sur la Rod Laver Arena. Mais l’Américain prévient: «Federer partira avec un avantage, mais pas très grand…» Avis partagé par Guy Forget, capitaine français de Coupe Davis. «Oui, il est favori, surtout après son show contre Tsonga. Mais j’ignore si son avantage sera prononcé ou faible.» Comment Andy Murray doit-il s’y prendre pour empêcher un quatrième sacre australien de Federer? Tous les experts qui rôdent à Melbourne Park s’accordent sur un point: celui qui sera No 2 ou No 3 mondial lundi doit faire sienne la carte de l’agressivité à bloc. Sans concession. «Il n’a pas le choix, poursuit Jim Courier. S’il laisse Federer développer son tennis, il sera broyé. Il ne peut pas se le permettre. Son défi sera de neutraliser le Suisse et de ne pas lui permettre de trop s’exprimer…»
Fin connaisseur, Roger Federer maîtrise ces particularités. «C’est vrai qu’Andy doit se montrer très agressif face à moi, clame-t-il. Mais en général, il applique une tactique «intermédiaire», ni agressive ni défensive. Un bon mélange.» Reste à savoir si cela suffira.
Deuxième recette pour inquiéter le «Maître»: faire la course en tête et remporter le premier set, pour évacuer la pression. «Murray en est conscient, relève Guy Forget.» Troisième ingrédient: gérer l’énorme poids qui pèse sur ses épaules. «Cela fait 150 000 années que le Royaume-Uni attend un sacre en Grand Chelem», s’amusait Roger Federer après sa balle de match. La réalité parle de 74 ans (date de la victoire de Fred Perry à l’US Open). Autre point décisif: la forme du jour, comme le reconnaît indirectement Roger Federer.

Les clés de la finale
«C’est moi qui détiens les clés de la finale. Si je joue très bien, cela ira.» Un peu comme lors de l’US Open 2008, où le Bâlois avait aisément mis un terme au rêve de l’aspirant Murray, qui disputait sa première finale majeure. «C’est de l’histoire ancienne», clame l’Ecossais, qui a certainement raison. En seize mois, il s’est métamorphosé et remportera forcément un titre en Grand Chelem. «Si possible pas contre moi et pas dimanche», sourit Roger Federer.

Tag(s) : #Tennis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :