Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

   

  etp5.jpg

 

[Cyclisme] Tour de France 2010. 5e étape : Cambrai - Reims (187.5 km)

 

Un parcours un peu inédit puisque nous traversons la ville de Provins, inscrite depuis décembre 2001 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Nous passerons par Montereau et Nemours avant d’arriver à Montargis. Il n’y a pas de grande difficulté durant cette étape, à priori pour sprinteurs. Mais ce schéma dépendra de qui est le leader du Tour à ce moment-là. Armstrong voudra à la fois éliminer le plus tôt possible un maximum d’adversaires et s’emparer du Maillot le plus tard possible. Mais s’il est en tête du classement général à Arenberg, il laissera, sans doute, une échappée aller jusqu’au bout dans l’une des trois étapes suivantes pour ne plus avoir à assumer le poids de la course. C’est ce qui s’était produit en 2004 avec Voeckler qui avait su profiter de cette « ouverture » à Chartres.

 

Place Coureur Temps / Ecart
1 SUI F.CANCELLARA (SAX) 18h28'55''
2 GBR G.THOMAS (SKY) à 23''
3 AUS C.EVANS (BMC) à 39''
4 CAN R.HESJEDAL (GRM) à 46''
5 FRA S.CHAVANEL (QST) à 01'01''
6 LUX A.SCHLECK (SAX) à 01'09''
7 NOR T.HUSHOVD (CTT) à 01'19''
8 KAZ A.VINOKOUROV (AST) à 01'31''
9 ESP A.CONTADOR (AST) à 01'40''
10 BEL J.VAN DEN BROECK (OLO) à 01'42''
11 IRL N.ROCHE (ALM) m.t.

 

 

 

 

RESUME DE L'ETAPE PRECEDENTE

 

 

 

 

Alessandro Petacchi a remporté sa deuxième victoire d’étape sur le Tour 2010 en s’imposant au sprint à Reims. Le classement général n’évolue pas.

  

Retour au calme. Le temps était venu ce mercredi après-midi de panser les plaies, de récupérer de trois jours mouvementés. Point de chutes dans le final, de descentes huileuses ou de pavés poussiéreux entre Cambrai et Reims (153,5 km). Plutôt de bonnes longues lignes droites répondant à un retour à la tradition. Le scénario de cette 4e étape, fidèle à une première semaine du Tour, était coulé dans du béton. Un petit groupe d’échappés sans illusion (Vogondy, Champion, Mayoz, De Greef, Isasi), un peloton aux aguets pour leur confirmer qu’ils avaient raison de ne pas s’en faire, et un sprint massif en guise d’épilogue. Bref, rien de très pétillant à se mettre sous le palais, même si la gestion de l’effort permettait au quintet de résister jusqu’à 3 km du but. Sevrés jusque-là, les as de la ligne droite n’allaient pas manquer de se goinfrer de ce rendez-vous assez rare dans un Tour de France montagneux.

 

Cavendish coince
Et que le peloton soit scindé ou qu’il soit complet, l’homme fort du sprint dans ce début de Tour est un vétéran de 36 ans. Bénéficiant de plusieurs chutes dans le final de Bruxelles, Alessandro Petacchi n’avait pas aimé qu’on attribue sa victoire à des circonstances particulières. Donnant rendez-vous à tout le monde et surtout Mark Cavendish, Ale Jet a tenu parole. Tous les prétendants étaient là à Reims. Mais personne n’a pu remonter la roue du sprinteur de Lampre. Surtout pas Mark Cavendish qui a signé sa reddition. Parfaitement calé dans la roue de son poisson-pilote Mark Renshaw, le Britannique était en position idéale. Mais là où il jaillissait auparavant, il était tout simplement incapable de répondre au démarrage de Petacchi à 200 mètres de la ligne.

 

Petacchi survole le sprint
Obligé de se rasseoir, le vainqueur de six étapes en 2009 renonçait, capitulait sans lutter, terminant à une médiocre 12e place. Il abandonne sans doute là ses espoirs de Maillot Vert. Lauréat de quatre succès sur le Tour 2003, Petacchi peut, lui, rêver à la fois de la tunique, à condition de passer la montagne, ou du moins d’une moisson équivalente, tant sa supériorité s’est avérée assez écrasante à Reims. Derrière lui, on ne retrouve pas de purs sprinteurs, mais Julian Dean, lance-fusée de Tyler Farrar qui, blessé, attendra plus tard pour se lancer dans la bagarre, et Edvald Boasson Hagen. 9e de l’étape, Thor Hushovd s’est fait coincer, piégé par l’incapacité de Mark Cavendish avec qui il jouait des coudes et peut-être aussi moins frais après son baroud sur les pavés. Tout ce petit monde aura sans doute l’occasion de se revoir jeudi à Montargis. Et de confirmer, ou d'infirmer, la hiérarchie en train de se dessiner.

 

 

Classement de la 4e étape :
1. Petacchi (Ita, Lampre) 3h34'55''
2. Dean (NZ, Garmin-Transitions) m.t.
3. Boasson Hagen (Nor, Sky) m.t.
4. McEwen (Aus, Katusha) m.t.
5. Hunter (Afs, Garmin-Transitions) m.t

 

 

Jeudi 08 juillet 14h15  Direct
5e étape : Epernay - Montargis (187,5 km)
Jeudi 08 juillet 14h20  Direct
5e étape : Epernay - Montargis (187,5 km)

  

 

 

CARTE5.gif

Tag(s) : #Cyclisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :