Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  

 

etp9

  

[Cyclisme] Tour de France 2010. Morzine-Avoriaz - Saint-Jean-de-Maurienne (204,5 km)

 

Une descente finale qui peut faire mal

 

 Après la première journée de repos, qu’il faudra bien digérer, c’est la grande étape des Alpes, avec le Col de la Colombière par le Reposoir, le col des Aravis, les Saisies et le col de la Madeleine. Il est imaginable que si Contador a perdu cinq minutes sur les pavés, il devra les grignoter un peu tous les jours. Mais ce n’est pas une arrivée en sommet, car elles auraient été trop nombreuses sur ce Tour. Nous avons préféré diversifier davantage pour éviter que les coureurs attendent les arrivées au sommet pour établir des écarts. Les favoris ne voudront peut-être pas attaquer pour ne pas se retrouver seuls dans la plaine. Il ne devrait donc pas y avoir de grosse bagarre. Mais ceux qui ne sont pas de bons descendeurs peuvent perdre le Tour dans le final.

 

Place Coureur Temps / Ecart
1 AUS C.EVANS (BMC) 37h57'09''
2 LUX A.SCHLECK (SAX) à 20''
3 ESP A.CONTADOR (AST) à 01'01''
4 BEL J.VAN DEN BROECK (OLO) à 01'03''
5 RUS D.MENCHOV (RAB) à 01'10''
6 CAN R.HESJEDAL (GRM) à 01'11''
7 RTC R.KREUZIGER (LIQ) à 01'45''
8 USA L.LEIPHEIMER (RSH) à 02'14''
9 ESP S.SANCHEZ (EUS) à 02'15''
10 AUS M.ROGERS (THR) à 02'31''
11 HOL R.GESINK (RAB) à 02'37''
12 ESP C.SASTRE (CTT) à 02'40''
13 ITA I.BASSO (LIQ) à 02'41''
14 GBR B.WIGGINS (SKY) à 02'45''
15 KAZ A.VINOKOUROV (AST) à 03'05''

 

 

 

RESUME DE L'ETAPE PRECEDENTE

 

 

 

Andy Schleck a remporté ce dimanche la 8ème étape du Tour de France à Morzine-Avoriaz. L'Australien Cadel Evans s'empare du Maillot Jaune tandis que Lance Armstrong a dit adieu à ses rêves de victoire finale...

 

 

 «La vérité va sortir», avait promis Cadel Evans. La première étape dans les Alpes n’a pas menti, délivrant des réponses assez inattendues. Alberto Contador n’est pas si souverain que ça. Andy Schleck se positionne comme un vainqueur en puissance. Cadel Evans est le nouveau Maillot Jaune. Et surtout, Lance Armstrong a vécu sa déchéance.

 

Armstrong, le mauvais film
A 50 km du but déjà, une chute anodine dans un rond-point n’augurait rien de bon. Un signe forcément, chez un homme qui ne tombait jamais du temps de sa splendeur et qui depuis deux ans est régulièrement frappé par la loi de la gravitation. Le septuple vainqueur du Tour rappelait également samedi qu’il n’avait plus connu une telle chaleur depuis 2003, l’année où Jan Ullrich le titilla au maximum. La combinaison de ces éléments avait raison du Texan dès le col de la Ramaz, dans les pourcentages les plus forts à 5 km du sommet, pile au moment où les coéquipiers d’Alberto Contador appuyaient là où ça fait mal. Le marteau Astana enfonçait le clou Armstrong, lequel offrait un visage inédit. Découragé, abattu, le Texan abandonnait tout : le Tour, ses espoirs de podium, son image d’indestructible. La note à l’arrivée était salée : 11’45’’ ! C’est toujours la montagne qui fait et défait les champions. Le col de la Ramaz restera à jamais comme le cimetière du mythe Armstrong.

 

Schleck gagne, Contador limite
Cet événement digéré, la course se déroulait ailleurs. Son ex-rival hors jeu, Alberto Contador se comportait en patron. Soulevant les interrogations, Astana supportait le poids de la course, avec quatre hommes pour attaquer l’ascension finale vers Morzine-Avoriaz. Le travail de sape de Navarro anéantissait les espoirs de victoire d’Amaël Moinard, dernier résistant de l’échappée du jour, et distançait les leaders usés, tel Wiggins relégué à 1’45’’. Ne manquait plus que l'attaque, attendue, du Pistolero. Seulement, celle-ci ne vint jamais. Pour la plus simple des raisons. Parce qu'il n'en avait tout simplement pas les jambes. Lorsque Kreuziger, puis Van den Broeck et Gesink, brisaient enfin l'attentisme de tout le monde à 2 km du but, l'Espagnol était bien là pour sauter dans les roues.

 

Mais c'était tout ce qu'il pouvait faire. L'attaque tranchante d'Andy Schleck démontrait ses limites. Le Luxembourgeois s'en allait cueillir sa première victoire d'étape, en battant Samuel Sanchez au sprint. Contador arrivait, lui, 10 secondes plus tard parmi tous les autres favoris. De quoi sans doute donner des regrets au Maillot Blanc de ne pas être passé à l'offensive plus tôt. Si Cadel Evans est le nouveau Maillot Jaune puisque Sylvain Chavanel, terminant avec Armstrong, n'avait pas récupéré de ses efforts de la veille, le Luxembourgeois, 2e du général avec 41 secondes d'avance sur Contador, paraît, au premier jour de repos, en position de force. Ce Tour n'a pas encore donné toutes ses vérités.  

 

Classement de la 8e étape :
1. Schleck (Lux, Saxo Bank) 4h54'11''
2. S. Sanchez (Esp, Euskaltel) m.t.
3. Gesink (PB, Rabobank) à 10''
4. Kreuziger (Rtc, Liquigas) m.t.
5. Contador (Esp, Astana) m.t.

 

 

 

Tag(s) : #Cyclisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :