Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

finale-wimbd.jpg

 

undefined[Tennis] Internationaux de Grande-Bretagne 2010. Finale dames. Serena Williams (E-U) / Vera Zvonareva (Rus).

 

 

Novice à ce stade de la compétition, Vera Zvonareva défie tout simplement la tenante du titre, Serena Williams, en finale de Wimbledon. Favorite, l’Américaine se méfie particulièrement d’une joueuse qui revient de loin.

 

Il aura fallu 30 tentatives à Vera Zvonareva pour atteindre une finale de Grand Chelem. Seules Zina Garrison (34), Francesca Schiavone (39) et Nathalie Tauziat (42) ont dû patienter plus longtemps. «C’est un de mes rêves qui se réalise», confiait la Russe après sa victoire sur Tsvetana Pironkova en demi-finales. Une récompense d’autant plus savoureuse qu’elle intervient après une saison au purgatoire… Février 2009, dans la foulée de sa demi-finale de l’Open d’Australie, Zvonareva grimpe au 5e rang mondial mais se blesse à la cheville droite à Charleston alors qu’elle affronte Virginie Razzano. Contrainte de faire l’impasse sur Roland Garros, elle parvient à atteindre le troisième tour de Wimbledon sans être au meilleur de sa forme. La fin de saison est difficile et elle décide finalement de passer sur la table d’opération. «C’est difficile de revenir après une blessure. Vous perdez de la confiance. Mais j’ai toujours cru en moi. Je savais que, quand je serais revenue à 100%, je serais à nouveau capable de bien rejouer au tennis. Je travaille dur tous les jours et le travail finit toujours par payer.»

 

Zvonareva revient de loin
Difficile de lui donner tort aujourd’hui. Zvonareva n’a jamais aussi bien joué sur le gazon londonien. Tête de série n°21, elle a dû écarter de sa route trois adversaires mieux classées qu’elle pour se hisser en finale : Yanina Wickmayer (n°18), Jelena Jankovic (n°4) et Kim Clijsters (n°8). Sa performance contre la Flamande, en quarts de finale, est d’autant plus remarquable qu’elle ne l’avait jamais battue en cinq confrontations précédentes et qu’elle accusait un set de retard. «J’ai essayé de rester concentrée. Je ne pensais qu’au point suivant, même après avoir perdu le premier set. Je suis plus expérimentée désormais, plus mature», expliquait la Russe, qui a remonté le même handicap en demies face à Pironkova. Intelligente tactiquement, solide mentalement, Zvonareva inspire la crainte chez sa future adversaire, Serena Williams : «Elle n’a aucun gros point faible. C’est la meilleure façon de décrire son jeu : elle fait tout bien, donc… Il est difficile de jouer une joueuse comme elle qui n’a pas vraiment de faiblesses et dont tous les coups sont des points forts, du coup droit au revers en passant par la qualité de déplacement

 

Williams «favorite sur le papier»
Tenante du titre, l’Américaine demeure la grande favorite. L’expérience est de son côté avec 12 titres en 15 finales de Majeurs. Elle mène qui plus est 5-1 dans ses confrontations directes avec la Moscovite. «Sur le papier, je suis sensée gagner. Mais j’ai déjà affronté Vera plusieurs fois, et elle a déjà battu de grandes joueuses. Sur ses deux derniers matches, elle a remonté un handicap d’une manche à zéro. C’est une battante, il n’y a pas de doute là-dessus. Elle n’abandonne jamais. Le plus important pour moi sera de rester positive et de ne pas me mettre trop de pression. Il m’est déjà arrivé de me mettre trop de pression, et de finir par perdre. Heureusement, j’en ai tiré des leçons», indique Williams. Preuve de la marge qu’elle possède, l’Américaine a rallié la finale sans vraiment bien jouer. Sa confiance, sa capacité à bien servir sur les points importants, voire son arrogance, sont autant d’atouts qui paralysent souvent ses rivales. Serena ne sera en tout cas pas impressionnée au moment d’entrer sur le Centre Court puisque s’est la sixième fois qu’elle atteint le tour final.

 

Programme de la finale :
Samedi à 15h00
S. Williams - Zvonareva

Tag(s) : #Tennis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :