Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

tc.jpg

 

france 2undefined[Rugby] Championnat de France TOP 14 (FINALE) : Toulon / Castres à suivre en direct à 21h00 sur FRANCE 2 et CANAL+ !

 

La finale du Top 14, mettant aux prises les stars de la Rade aux humbles Tarnais, est plus indécise qu'il n'y paraît.

Un exploit. Ou un exploit. Ce soir, quelle que soit l'équipe qui soulèvera le bouclier de Brennus dans le sombre ciel dyonisien, ce sera une authentique prouesse. Toulon, en étant sacré, réussirait un fantastique doublé. Champion d'Europe et champion de France la même saison. Le Stade Toulousain l'a accompli en 1996. Mais le championnat ne s'appelait pas encore Top 14, l'élite n'était pas aussi resserrée, dense. Et, sur la scène continentale, les Anglais boudaient, les provinces irlandaises n'avaient pas fourbi leurs armes.

La troupe de Bernard Laporte réussirait là un exceptionnel tour de force. Avec à son tableau de chasse, entre autres, Cardiff, Leicester, le champion d'Angleterre (en quarts de finale de la H Cup), Clermont (en finale) ou encore Toulouse (en demi-finale du Top 14. Le triomphe serait incontestable. Le qualificatif péjoratif de mercenaires balayé… Ceux qui pensaient que Botha, Rossouw, Sheridan ou Masoe étaient venus à Toulon pour goûter une retraite dorée en seraient pour leurs frais. Et tous les paris de l'impayable Mourad Boudjellal - ressusciter Wilkinson puis Michalak, sortir Mathieu Bastareaud de la déprime, apprivoiser le caractériel Delon Armitage, «repassionner» Bernard Laporte - gagnés… Toulon, en quête d'un nouveau titre hexagonal depuis 1992, pourrait alors chavirer de bonheur et d'ivresse.

Face à une telle armada, une victoire de Castres, attendue dans le Tarn depuis vingt ans, ne serait pas moins remarquable. Pas de stars au CO. Mais une patiente montée en puissance. Barragiste en 2010 et 2011, demi-finaliste en 2012, finaliste en 2013. Le club a beau être modeste (9e budget du Top 14), peu médiatisé, sa présence au sommet ne doit rien au hasard. D'ailleurs Bernard Laporte, roué manager, ne se laisse pas bercer d'illusions. Et prend très au sérieux la menace castraise. «Nous, favori? C'est une blague?»

Depuis quatre ans, Laurent Labit et Laurent Travers (en partance pour le Racing-Métro) ont en effet minutieusement assemblé le puzzle. Résultat? Une mêlée balaise, une touche virevoltante, du jeu au pied (Kockott), de la relance (le trio Dulin-Martial-Andreu). La panoplie complète et un effectif homogène, renforcé cette saison par de judicieuses recrues, à l'image d'Antonie Claassen, Christophe Samson et Brice Dulin qui ont tous, depuis, connu l'honneur du XV de France. Et que s'apprête à vivre l'ouvreur et capitaine Rémi Talès.

Au final, l'affiche n'est donc pas aussi déséquilibrée qu'elle paraît. Bien sûr, le trois-quarts centre australien Matt Giteau comptabilise à lui seul autant de sélections (93) que l'ensemble du XV majeur de Castres! Bien sûr, Hayman est un All Black, Botha un monstre, Michalak un danseur étoile, Wilkinson une rock star, Bastareaud une terrifiante attraction. Mais les héros sont peut-être fatigués par les batailles à répétition livrées ces dernières semaines. Pour équilibrer le manque de vécu et d'expérience des Castrais pour ces rendez-vous sous pression…

Alors qui, du rugby paillettes de l'équipe «cinq étoiles», ou du rugby terroir de l'équipe «gîte rural», l'emportera ce soir?  Comme toujours, ce sera d'abord une question de bravoure et de don de soi. Ensuite, le talent prendra le relais. Un coup de génie pour faire la différence. Ou une erreur fatale pour précipiter la chute des siens…

Tag(s) : #Rugby

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :