Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

etp18.jpg    

 

[Cyclisme] Tour de France 2010. 18e étape : Salle de Béarn - Bordeaux (198 km)

 

L’arrivée à Bordeaux devrait se disputer au sprint. Dans cette étape se joue souvent le classement par équipes, qui est important pour elles. Les gens se demandent parfois pourquoi telle équipe roule derrière les échappés. Elle le fait parce que devant, il y a deux coureurs d’une autre formation. Et l’avance additionnée de deux coureurs à dix minutes, cela fait vingt minutes au classement par équipes. La Caisse d’Epargne est très forte pour gérer ce genre d’efforts.

    

 

Place Coureur Temps / Ecart
1 ESP A.CONTADOR (AST) 83h32'39''
2 LUX A.SCHLECK (SAX) à 08''
3 ESP S.SANCHEZ (EUS) à 03'32''
4 RUS D.MENCHOV (RAB) à 03'53''
5 BEL J.VAN DEN BROECK (OLO) à 05'27''
6 HOL R.GESINK (RAB) à 06'41''
7 ESP J.RODRIGUEZ (KAT) à 07'03''
8 CAN R.HESJEDAL (GRM) à 09'18''
9 RTC R.KREUZIGER (LIQ) à 10'12''
10 USA C.HORNER (RSH) à 10'37''
11 ESP L.SANCHEZ (GCE) à 12'46''
12 ESP R.PLAZA (GCE) à 13'01''
13 USA L.LEIPHEIMER (RSH) à 14'24''
14 ALL A.KLÖDEN (RSH) à 14'44''
15 IRL N.ROCHE (ALM) à 16'00''

 

RESUME ETAPE PRECEDENTE

   

 

 

Alberto Contador sort grand gagnant de la 17e étape du Tour de France. Laissant Andy Schleck s’imposer au sommet du Tourmalet, l’Espagnol, jamais en difficulté, a fait un grand pas vers la victoire finale.


Andy Schleck l’avait promis. Il allait tout donner dans le Tourmalet, dernier sommet de ce Tour de France. Mais ça n’a pas suffi. Le match des grimpeurs, qui n’avait pas encore délivré toutes ses vérités, est resté sans vainqueur. Andy Schleck n’a pas pu décramponner Alberto Contador et Alberto Contador n’a pas pu lâcher Andy Schleck. Les deux hommes sont arrivés presque main dans la main en haut d'un Tourmalet plongé dans le brouillard. L’épisode du dérailleur en mémoire, le Maillot Jaune a eu le geste chevaleresque de laisser la victoire d’étape à son dauphin. Mais personne n'est dupe. Le grand gagnant de cette 17e étape est bien l’Espagnol. Sauf accident, il attaquera le contre-la-montre de Pauillac samedi, exercice où il est supérieur, avec 8 secondes d’avance sur Schleck. Une troisième victoire dans le Tour de France n’est pas loin.

Schleck impuissant
Ce n’était pas un scoop. Andy Schleck l’avait lui-même proclamé au mégaphone lors de la journée de repos. N’ayant plus le choix, il se devait d’attaquer. Restait seulement à savoir quel moment il choisirait de mettre son tapis. Marie-Blanque et Soulor, descendu dans une purée de pois, engendraient trop de risques. Le seul Tourmalet était désigné pour départager les deux prétendants. Tant pis pour l’effet de surprise. Le Luxembourgeois ne comptait que sur la force de ses mollets, raffermis par la frustration née de l’épisode du dérailleur du Port de Balès, pour décrocher Alberto Contador. C’était assez facile à deviner pour l’Espagnol, qui n’avait qu’une roue à suivre. Une fois terminé le lent travail de Saxo Bank, l’attaque téléphonée intervenait précisément à 10 km du sommet. Schleck choisissait la tactique du bras de fer, pensant pouvoir user au train un Contador parfaitement installé dans son sillage.

Contador chevaleresque
Les deux hommes s’envolaient seuls, foraient le corridor de milliers de spectateurs excités par le mano a mano tant attendu, éclairés par les phares des motos perçant le brouillard enveloppant le décor du Tourmalet. Ils continuaient ainsi, Schleck toujours devant, se retournant parfois pour constater la présence à ses basques d’un Contador ne montrant aucun signe de faiblesse. Le Maillot Blanc avait beau tenter de changer de rythme, accélérait de temps en temps, cela manquait singulièrement de punch. Cela incitait du coup le Maillot Jaune à sortir de sa réserve à 4 km du sommet, voyant déjà une victoire de prestige à associer à sa tunique. Le contre était autrement plus fulgurant, durait sur plusieurs centaines de mètres, mais Schleck avait du répondant. Légèrement décroché, le Luxembourgeois revenait dans la roue de l’Espagnol, et reprenait sa marche en avant parmi une foule déchaînée.

Sanchez conforte sa troisième place
Mais il n’était plus question de suprématie, simplement de victoire d’étape. Résolu à l’évidence, Schleck se contentait d’un succès symbolique, avec la permission d’un Contador qui ne lui disputa pas le sprint. L’Espagnol sait qu’il aura une plus grosse récompense dans quelques jours à Paris, quand bien même il risque de remporter ce Tour de France sans aucune victoire d’étape. Derrière, tandis qu'Anthony Charteau sans marquer aucun point est assuré de ramener le Maillot à Pois à Paris, se jouait la bataille pour les places d’honneur et le podium. Joaquin Rodriguez prenait la 3e place de l'étape à 1’18’’ de l’intouchable duo, devant Ryder Hesjedal (+ 1’27’’) et Samuel Sanchez (+ 1’32’’), malgré une grosse gamelle en début d’étape. Le champion olympique, 3e du général, a grignoté 8 secondes à Denis Menchov et abordera le contre-la-montre avec un avantage de 21 secondes. Ce sera sans doute le dernier enjeu samedi.  

 Classement de la 17e étape :
1. Schleck (Lux, Saxo Bank) 5h03'29''
2. Contador (Esp, Astana) m.t.
3. Rodriguez (Esp, Katusha) à 1'18''
4. Hesjedal (Can, Garmin-Transitions) à 1'27''
5. S. Sanchez (Esp, Euskaltel) à 1'32''

 

 

Vendredi 23 juillet 14h15  Direct
18e étape : Salies-de-Béarn - Bordeaux (198 km)
Vendredi 23 juillet 14h20  Direct
18e étape : Salies-de-Béarn - Bordeaux (198 km)

 

 CARTE18.gif

Tag(s) : #Cyclisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :