Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Flueyr-Le-Havre.JPG

 

LOGO-SPORT-3.jpg

[Handball] Coupe de France Dame (1/2 Finale) Fleury Loiret / Le Havre, à suivre en direct de la Halle du Bois Joly de Saran à 20h30 sur Sport Plus avec les commentaires de Frédéric Brindelle !

 

Empêtré dans une série de quatre défaites de rang en Championnat depuis la reprise, Le Havre a l’occasion d’atteindre la finale de la Coupe de France mercredi soir. Mais il faudra pour cela sortir chez lui Fleury, mastodonte sans partage depuis plusieurs semaines. Pas évident, « mais la Coupe réserve toujours des surprises », rappelle Aurélien Duraffourg.


La situation est presque tragiquement similaire. L’an dernier, Le Havre avançait sur tous les tableaux, en Championnat comme en Coupe, avec le statut d’outsider, d’équipe capable de battre n’importe qui. Solides, les Normandes finissaient finalement l’année sans rien si ce n’est un beau parcours : demi-finale de Coupe de la Ligue, idem en Coupe de France, et quart de finale de LFH. Honorable mais rageant, quand on passe une saison à courir après les titres.

 

Depuis janvier, le théorème dit Poulidor de l’équipe toujours placée mais jamais gagnante se répète. Troisième de LFH début décembre, Le Havre vient d’enchaîner cinq défaites de rang, dont quatre en 2014, et se retrouve relégué au 5e rang. Et si la qualification acquise face à l’Union Mios-Bègles vient égayer le bilan, le tour suivant, à Fleury, laisse craindre une fin en eau de boudin. « On n’a décidément pas de chance au tirage, sourit à moitié Aurélien Duraffourg, le technicien havrais. L’an passé, on s’était rendu à Metz au même stade, là on va à Fleury qui est favori de toutes les compétitions nationales… Mais on va y aller avec de l’ambition. »

 

Pas celle qui fut celle de son équipe il y a six jours, quand le HAC s’inclinait lourdement à Fleury déjà, en LFH, 34 à 23, avec une flopée de tirs manqués (30) et de ballons perdus (18). « On manque trop de lucidité technique en ce moment, râle Duraffourg. On a conscience de nos limites actuelles, mais on travaille. » Après les colères nées des premières défaites, l’entraîneur havrais a d’ailleurs changé un peu de discours, s’attachant à redonner confiance à un groupe jeune et en perte de repères, à l’image des arrières, soudainement devenues inefficaces.

 

« On prend le temps d’analyser nos performances, détaille-t-il. On a perdu contre des équipes de grande qualité, qui enclenchent des dynamiques. Nous, on a essayé de travailler pas mal de nouvelles choses pendant la trêve et on se rend compte qu’on n’arrive pas à les mettre en place. Alors on travaille individuellement, sur les comportements de chacune, et on relativise. On est encore en course sur trois tableaux, rien n’est catastrophique. On doit mettre un jeton dans la machine à sous pour que le jackpot tombe. »

 

Fleury ne l’entend bien sûr pas de cette oreille et s’offrirait bien une finale de Coupe de France après celle de Championnat l’an passé. Et, avouons-le, voir les Havraises s’imposer dans le Loiret serait aussi inattendu qu’un bateau échoué sur les plages basques. « La Coupe de France réserve souvent des surprises, rappelle, malicieux, l’entraîneur havrais. A nous de faire en sorte que l’on soit en position d’en créer une. » Et de ramasser le pactole (Info du site handzone.net). 


 

hand-Coupe-demi-Finale-Dame.JPG

Tag(s) : #Hand
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :