Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

etp17.jpg   

 

[Cyclisme] Tour de France 2010. 17e étape : Pau - Col du Tourmalet (174 km)

 

Déjà escaladé l'avant veille, le col du Tourmalet est à nouveau au programme de cette étape. Après une mise en jambes tranquille, les coureurs vont escalader les cols de Marie-Blanque et du Soulor (1re catégorie tous les deux) avant de rallier le Tourmalet. Cette longue ascension, qui mènera jusqu'à l'arrivée, pourrait faire de gros dégâts. Il sera peut-être temps pour tous ceux qui visent une place parmi les premiers du classement général de se découvrir.

  

 

Place Coureur Temps / Ecart
1 ESP A.CONTADOR (AST) 78h29'10''
2 LUX A.SCHLECK (SAX) à 08''
3 ESP S.SANCHEZ (EUS) à 02'00''
4 RUS D.MENCHOV (RAB) à 02'13''
5 BEL J.VAN DEN BROECK (OLO) à 03'39''
6 HOL R.GESINK (RAB) à 05'01''
7 USA L.LEIPHEIMER (RSH) à 05'25''
8 ESP J.RODRIGUEZ (KAT) à 05'45''
9 KAZ A.VINOKOUROV (AST) à 07'12''
10 CAN R.HESJEDAL (GRM) à 07'51''
11 RTC R.KREUZIGER (LIQ) à 07'58''
12 ESP R.PLAZA (GCE) à 08'02''
13 ESP L.SANCHEZ (GCE) à 08'19''
14 USA C.HORNER (RSH) à 08'52''
15 ESP C.SASTRE (CTT) à 09'02''

 

RESUME ETAPE PRECEDENTE

   

 

Pierrick Fédrigo a signé la 6e victoire française en remportant la 16e étape du Tour de France à Pau. Lance Armstrong a essayé. Andy Schleck, lui, n’a pas attaqué. Tout se jouera jeudi dans le Tourmalet.

 

Et une de plus qui fait six ! Six victoires d’étape françaises, on n’avait plus vu ça depuis 1997 ! Au lendemain du succès de Thomas Voeckler, Pierrick Fédrigo a réalisé un fabuleux doublé pour Bbox Bouygues Telecom à Pau. Avec un tel résultat, simple continuité d'une saison pleine, on ne comprendrait pas que Jean-René Bernaudeau ne trouve pas un repreneur. Le puncheur de Marmande est un habitué de ce genre de victoire, sa troisième sur le Tour. L’année dernière déjà, Fédrigo s’était imposé à Tarbes en dominant l’Aspin et le Tourmalet. Cette troisième étape pyrénéenne a donc souri aux baroudeurs, tricolores encore une fois. Elle a aussi été marquée par le baroud d’honneur de Lance Armstrong, puisque Contador et Schleck s’en sont désintéressés.

Armstrong se le devait
C’était le jour ou jamais pour l’Américain, devenu anonyme en préretraite dans un Tour de France de trop, de sauver la face. Dans l’incapacité de rivaliser à la pédale dans le Tourmalet jeudi, les comptes étaient vite faits. Attaché à l’image et à l’Histoire, le recordman de victoires sur le Tour trouvait dans la quadrilogie Peyresourde-Aspin-Tourmalet-Aubisque, là même où Eddy Merckx (1969) et plus loin encore Octave Lapize (1910) réalisèrent des raids mémorables, l’endroit idéal et ultime pour quitter le Tour «en beauté», et faire oublier, un temps, la décadence d’un champion. Dès Peyresourde, Armstrong dévoilait ses intentions au sein d’un groupe de gros calibres. L’Américain remettait ça dans le Tourmalet, initiant la constitution d’une échappée de 10 coureurs plus à la convenance du peloton (Horner, Barredo, Van de Walle, Fédrigo, Moreau, Plaza, Cunego, Casar et Konovalovas qui décrochait dans l’Aubisque).

Fédrigo, un habitué
Dans une situation qu’il n’avait plus connue depuis une dizaine d’années, le Texan se revoyait dans sa prime jeunesse, à devoir jouer au plus malin. Barredo le devançait en partant en solitaire à 44 km de l’arrivée. C’était osé. Trop, même si l’Espagnol n’échouait qu’à un kilomètre du but. Christophe Moreau, revenu à 15 points du Maillot à Pois d’Anthony Charteau, se sacrifiait pour ramener tout le monde. Malgré son statut d’épouvantail, Pierrick Fédrigo n’avait aucun mal à régler ses compagnons d’échappée au sprint. Sandy Casar prenait la deuxième place, une de plus, pour un doublé français. Hormis Andy Schleck à Avoriaz, et en attendant le Tourmalet jeudi, il est à noter que toutes les étapes de montagne ont été remportées par des coureurs français, certes en bénéficiant d’échappée. Armstrong, lui, était logiquement trop court pour aller au bout de son idée (6e). Comme l'Américain l’avait dit et souhaité, Fédrigo n’a pas «fait de cadeau au vieux ».

Schleck ne tente rien
Comme on pouvait le prévoir, le copieux menu de cette 16e étape n’a donc pas aiguisé l’appétit des favoris. L’Aubisque était trop loin de l’arrivée (61 km), et Andy Schleck n’a rien tenté. Dommage de gâcher l’exploitation de quatre cols de légende à ce point mais le parcours est ainsi fait. Le duel aura lieu jeudi dans le Tourmalet. C’était pourtant parti fort dès les pentes de Peyresourde, avec un groupe de déçus (Armstrong, Kreuziger, Wiggins, Sastre, Vinokourov, Hesjedal…) semant la zizanie jusqu’au pied du Tourmalet. L’apport d’Omega Pharma-Lotto et Rabobank, par le biais des alliances au général, a enlevé une belle journée galère à Astana. Cette poursuite précoce a néanmoins laissé des traces. Ivan Basso a totalement craqué (34 minutes de retard), Samuel Sanchez et Robert Gesink ont montré des signes de faiblesse dans Aspin, avant que le filtrage des échappés n’incite enfin un peloton réduit à une soixantaine d’unités, qui comprenait un Thor Hushovd récupérant le Maillot Vert, à baisser le pied dans les deux derniers tiers de la course (6’45’’ de retard à l'arrivée). Les masques tomberont donc jeudi dans le Tourmalet.

 

Classement de la 16e étape :
1. Fédrigo (Fra, Bbox Bouygues Telecom) 5h31'43''
2. Casar (Fra, FDJ) m.t.
3. Plaza (Esp, Caisse d'Epargne) m.t.
4. Cunego (Ita, Lampre) m.t.
5. Horner (EU, RadioShack) m.t.

 

 

Jeudi 22 juillet 12h05  Direct
17e étape : Pau - Col du Tourmalet (174 km)
Jeudi 22 juillet 12h15  Direct
17e étape : Pau - Col du Tourmalet (174 km)
Jeudi 22 juillet 12h50  Direct
17e étape : Pau - Col du Tourmalet (174 km)
Jeudi 22 juillet 13h50  Direct
17e étape : Pau - Col du Tourmalet (174 km)

 

 CARTE.gif

 

Tag(s) : #Cyclisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :